Pensionnat Tsuki No

Bienvenue dans le pensionnat Tsuki No. La vie offre de multiples chemins. Les portes s'ouvrent chers élèves, mais quelle voie choisirez vous ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Sujets similaires
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Partenaires
créer un forum

Partagez | 
 

 Cours 1 : Initiation au programme.[libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Jamie Lee

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 22/01/2011
Localisation : Dans ton dos.

MessageSujet: Cours 1 : Initiation au programme.[libre]   Dim 30 Jan - 20:56

La sonnerie de son réveil émettait une longue et grinçante plainte comme ce n’était pas possible. Lentement sa main se dirigea vers l'appareil, écartant des papiers et livres qui tombèrent avec un bruit mat. Ça l'indifférait. Il l'éteignit finalement en appuyant sur snoore. Jamie se retourna dans son lit, face à un mur... digne d'un motel. Ses yeux gonflés de sommeil fixant les reliefs à travers le plâtre mal bouché.

* On était quel jour aujourd'hui ? *

Il enfonça sa tête dans l'oreiller, soupira cherchant désespérément à savoir où il était. Non, il ne s'était pas payé une soirée dans un bar, ni logé dans un motel plus que douteux. Peu à peu à travers les lymphes brouillés par un manque d'inertie, l'homme se remémora qu'il avait voyagé jusqu'à cette banlieue.D'un coup, le musicien comprit et ne put que se traiter de Pamplemousse... Pour enseigner dans un bahut bien évidemment. Où avait-il eu la tête ? Il se tapa le front et se dirigea vers la penderie la plus proche. Dès qu'il l'ouvrit, Jamie fut déstabilisé. Elle gisait vide et sans âme. Les vêtements ne pouvaient pas courir dans la nuit. C'était improbable. À moins que dans un monde imaginaire, certainement... Cependant, on était au 21 siècle, ça ne se pouvait pas. Il en était sûr. À moins que pendant son sommeil, des Alliens l’ont opéré pour prélever lui implanter l’un des leurs en lui. Encore là, ça relevait de la fiction. Ce qui n’était pas étranger au blondinet. Il referma la porte de l’armoire, essaya de tout démêler ce qui lui arrivait. Ce ne fut que lorsqu’il se retourna et découvrit sa valise au pied de son lit que le musicien comprit sa stupidité. Le pianiste n'avait même pas prit la peine de décharger son bagage...

*T'es vraiment un crétin... Je le sais merci.*

En fouillant dans ses fringues, il remarqua qu’il avait même omis d’enlever ce qu’il portait la veille. - Super réveil, mon grand… Manquait plus qu’à te coincer l’orteil contre la patte de ton lit et la tu pourrais dire que c’est une belle journée qui commence- Le bassiste tronqua ses habits de la journée d’avant contre un jeans foncé, une chemise crème, une veste noire sans oublier une cravate de la même coloration. Un miaulement capta son attention. Il fronça les sourcils, comment ça qu’il avait un chat ici. Ah, non, ce n’était que Uri… Ouf. On sait jamais les chats errants ça se balade n’importe où. Mais, pas sur le balcon d’un troisième étage où c’était peut-être à revoir aussi dès qu’il aurait le temps. Bref, il devait être 8;30, son chat voulait à manger, alors que lui ne savait plus quoi faire. Car, son réveil sonna une deuxième fois et qu’il n’avait pas prévu ce brusque changement de direction. Et encore une fois, il faillit le jeter par une fenêtre. - Faites-lui penser à en acheter un autre dès que vous le pourrez - Il l'éteignit cette fois pour de bon. Regardant son félin qui lui grimpait sur le dos. Non, aujourd'hui, ça allait de travers et c'était loin d'être une impression. Ça l'était réellement.

*Misère de misère…*

Le gros félin pour achever son maitre se percha sur les épaules du drummer et minaudait dans le creux de son oreille.

- Je sais Uri… soupira le bassiste en déposant son chat sur le plancher.

Il fouilla dans les papiers à ses pieds et trouva son assignement qu’il rangea dans son veston. Puis s’occupa de son amie en lui servant son repas. Qui pour une fois allait lui plaire. Affairé à nouer ses lacets de ses baskets, il se demandait ce qu’il pourrait bien apprendre aux nouveaux. Sauf que le professeur ne s’y attardait pas plus qu’il le faut réellement car, il devait passer au secrétariat pour son trousseau et trouver son local avant tout le monde. Ce qui ne sera pas une tarte au citron, il en convenait. Il saisit son étui de basse se le passa en bandoulière et quitta la pièce pour errer dans les couloirs.
Les fenêtres à travers le soleil éblouissait de toutes parts, empruntait dans l’air poussiéreux des meubles, une touche de féerie. Avec quelques difficultés et plusieurs marches arrière sur ses pas, Jamie atteignit le bureau de son secteur. Une femme l’accueillit avec la bienveillance des secrétaires. Il lui demanda s’il ne pouvait pas avoir les clés de sa classe. Sceptique, elle le questionna sur qui il était. Ce qui n’était guère le moment convenu, le temps filait et les cours commenceraient d’ici peu. L’homme croisa les bras, la toisant avec un air qui se voulait sans contradiction et répondit à ces banalités. Il dut être convaincant, parce qu’elle lui tendit les clés, qui sans une fraction de seconde se retrouva dans une poche. Satisfait, l’homme ressortit du bureau. Il venait de s’apercevoir qu’il avait sauté son petit déjeuner. Bah, tant pis, il s’achèterait quelque chose en finissant son cour. Après tout, ce n’était pas un repas qui allait l’achever après ce qu’il a vécu ce matin.

En se basant sur un petit schéma de l’école, Jamie sut où son local se trouvait. L’homme espéra que ses étudiants n’allaient pas le lapider pour son retard. Car il était plus qu’évident, que l’heure des cours avait commencé. Les couloirs se remplirent de jeunes gens, tout milieu confondu. Jamie eut la frousse de sa vie en voyant une hippie aux cheveux bonbons se balader à ses côtés. Elle était mignonne mais, perdu dans son repérage de local, il ne l’avait pas remarqué avant une bonne quinzaine de minutes. L’adolescente ne dit rien plongée dans son monde de musique. Ce qui soulagea Jamie… et le contraria car il s’était à nouveau… égaré ? Il aurait du rester aux études, il aurait eu moins connard qu’en ce moment. Planté au milieu du couloir, tournant la tête pour trouver la direction à suivre.

-Tu cherches quelque chose ?

Hein, qui avait parlé ?! Ah, non, il devait encore s'imaginer que quelqu'un viendrait en aide à un pauvre clochard comme lui. Cependant, la voix répéta la même réflexion. Il ne rêvait pas. Pas croyable... Il en aurait pleuré de joie, si la jeune fille de toute à l'heure ne s’était pas positionner en face de lui.

-Ah.. euh… Un local, le b-3.

Un instant, il crut qu’elle allait l’abandonner à son triste sort. Mais, contrairement à ce qu’il pensait, l’étudiante lui indiqua le chemin. Il la remercia peut-être trois fois et parti dans la direction indiquée. S’efforçant de ne guère courir comme un enfant heureux de revoir un ami.

Enfin la voilà, cette porte. Une porte vernie. Et à l'intérieur son local. Oui sa classe à lui, dont il sera le chef. Il passa sa main frénétiquement à l'intérieur de sa poche. Non, dites-moi pas qu'elles se sont envolées. Ouf, non il avait douté un instant, il les tira, belles, neuves, les clés de la liberté. Bonjour le paradis... Ou plutôt l'enfer. Lentement, il inséra précautionneusement la première clé dans la serrure. Ce n'était pas celle-là. Il déglutit et il la retira, essaya avec la deuxième avec autant de chances. Jamie jeta un regard noir au trousseau. Il n'allait quand même pas se faire humilier par des clefs ! Il refit le même tour avec la dernière clé, cette fois-ci elle céda. Il s'engouffra à l'intérieur pour n'être qu'entouré de ténèbres.

*Faites qu'il y ait des fenêtres...*

Il tâtonna pour trouver l'interrupteur. Un grésillement rugit et la lumière fut. Les deux grandes fenêtres de la pièce étaient si bien recouverte par leurs stores que le musicien fut presque surprit de les voir. *Ouf!*

Il alla s'asseoir dans son fauteuil, après qu'il eut ouvert les stores. Et dire que ce n'était qu'une journée qui commence...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abby Hatori

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 24/01/2011
Age : 24
Localisation : Sûrement pas dans une salle de classe ou alors c'est inquiétant...

MessageSujet: Re: Cours 1 : Initiation au programme.[libre]   Dim 30 Jan - 23:52

Le jour se levait enfin, mais il y avait déjà longtemps qu’Abby était éveillée, souffrant d’insomnie elle n’avait pu dormir que deux heures au maximum et avait passé le reste de la nuit assise prêt de sa fenêtre à regarder la rue en contre bas ou bien le ciel où il n’y avait aucune étoile, simplement la lune montante en croissant. Les nuits étaient vraiment très longues pour elle, mais hier soir elle n’avait pas eu l’envie de sortir en ville, la flemme surement. A ses côtés gisait un cendrier avec ses quelques mégots de la nuit passée, ainsi qu’un livre et un baladeur avec les écouteurs. Il faut bien s’occuper, une nuit seul à ne pas dormir c’est long, très long. La demoiselle se redressa pour observer le jour se lever, elle s’alluma de nouveau une cigarette, la énième depuis hier soir et s’accouda contre sa fenêtre afin de regarder le soleil se lever, il n’y avait pas l’air de vouloir faire un temps splendide aujourd’hui, en vu des nuages qui arrivaient…

La demoiselle se retourna dégoutée de la journée qui arrivait, les cours… Aujourd’hui elle devait y aller sinon elle devrait fournir un certificat médical pour longue absence, chose qu’elle ne pouvait pas, les petits mots c’est facile mais ça c’est impossible. C’est pour cela qu’elle irait donc en touriste à sa journée de cours… Reposant ses affaires sur le lit elle partit se doucher. Une demi-heure plus tard elle sortit de la salle de bain et alla s’habiller pour la journée. Un débardeur simple noir avec un jean gris et toujours la veste de son frère. Elle se maquilla légèrement pour masquer ses cernes, ne voulant pas que le personnel enseignant lui pose des questions chiantes au moment où elle irait confirmer son absence.

Non non Abby n’a pas prit de bonnes résolutions depuis sa dernière exclusion de son ancien lycée mais il faut toujours procéder ainsi, au départ on agit bien, presque élève modèle sans compter les absences, c’est ensuite que les choses changent. Car au final on finit par vous questionner, puis les autres élèves s’en mêlent, la demoiselle ne cherche pas à attirer l’attention inutilement sur elle donc elle agit normalement, du moins tant que son dédoublement de personnalité ne refait pas surface, car c’est lui qui est agressif, lui qui se montre le plus hautain envers les professeurs et tout ça, bien qu’elle non plus ne se laisserait pas marcher sur les pieds. La différence étant que Abby en étant normale n’ira pas chercher les ennuies, alors qu’en deuxième « phase » elle ira au devant des problèmes d’elle-même.

Une fois préparée elle attrapa un paquet de clope qu’elle glissa dans sa poche, prit son sac où il n’y avait qu’un livre, son baladeur, des feuilles et un crayon. Elle n’aurait besoin de strictement rien d’autre. Ce matin elle avait un cours de musique, elle ne devrait même pas y aller, ils n’avaient pas encore trouvés de professeur la dernière fois qu’elle y était allée, surement que personne ne viendrait mais bon quitte à être debout autant en profiter… Abby sortit de sa chambre qu’elle referma derrière elle et elle descendit pour se rendre à l’extérieur, étant en avance et ne sachant que faire elle alla s’asseoir sur un banc non loin de là, elle mit ses écouteurs et se laissa transporter par la musique.

L’heure de début des cours approchait à grands pas. Comment le savait-elle ? Au nombre d’élèves qui commençaient à circuler devant elle se pressant tous vers le bâtiment d’étude. Elle pas le moins du monde pressée continua d’écouter sa musique, elle partirait quand il n’y aura plus personne en circulation, être bousculer dans les couloirs pourrait la froisser… La sonnerie devait avoir retentis depuis environ 10 minutes quand elle se leva se dirigeant vers la loge de la Vie Scolaire, là elle fit tamponner son mot d’absence puis se dirigea vers le bâtiment. Là pas un chat dans les couloirs, elle en profita pour s’allumer une cigarette, et marcha jusqu’à sa salle de cours.

C’est avec grande surprise qu’elle aperçut de la lumière sortir de la pièce, la porte était même ouverte, un agent d’entretien ? Elle continua de marcher tranquillement finissant sa cigarette qu’elle garda bien que s’approchant de la pièce et c’est une fois devant la porte qu’elle fut étonner de voir quelqu’un à l’intérieur, et pas une personne pour le nettoyage, les stores avaient même étés ouvert. Il ne s’était pas gêné et s’était assis au bureau du prof. Peut-être avait-il trouvé un enseignant ? Quoiqu’il faisait jeune, peut-être qu’il venait à peine de finir ses études. Sortant sa clope de sa bouche Abby s’appuya contre l’angle de la porte, le sac sur une épaule et annonça afin d’attirer l’attention du jeune homme de la pièce.

- Comment t’es rentré ? Ça fait des lustres que c’te salle n’a pas été ouverte.

Abby jeta un bref coup d’œil à la salle dans sa totalité il n’y avait personne, normal, tout ceux de sa classe sont sûrement persuadés qu’il n’y a pas de cours à cette heure-ci, personne ne les a prévenus. Enfin reste à prouver que ce type soit bel et bien un professeur. Voyant que sa cigarette se terminait, la demoiselle passa devant l’inconnu et alla la jeter par la fenêtre, tirant une dernière latte avant d’arriver au filtre puis ferma la fenêtre après avoir observé la course du mégot jusqu’au sol. Elle se retourna vers son interlocuteur puis remarqua son vêtement, il ne pouvait être que prof habillé ainsi et là elle cumulait, elle ne porte pas l’uniforme et elle fume dans les locaux, super la journée commence bien. Mais bon au cas où.

- T’es qui au juste ? Ou peut-être vous êtes qui ?

Abby s’adossa à la fenêtre attendant une réponse. Voir même une heure ou plus de colle. De toute façon elle n’irait pas donc bon…


Dernière édition par Abby Hatori le Lun 31 Jan - 19:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fan-fiction-x.skyrock.com
Jamie Lee

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 22/01/2011
Localisation : Dans ton dos.

MessageSujet: Re: Cours 1 : Initiation au programme.[libre]   Lun 31 Jan - 1:49

Bon, la journée qui commence hormis pas de son, nada, silence. Tellement silence, qu’il aurait pu entendre ses pensées flotter dans l’air. Voyez l’être humain dans toute sa splendeur Poussière et tu resteras poussière, ça avait l’air de cela sa classe. Une ruine de pupitres sentant la poussière. L’amère odeur des livres, mais il s’enivrait de cette flagrance… Après tout, il était tout seul dans cette salle. Sans rien, seulement comme passagères de train les silences sur ses épaules et sa conscience qui se chamaillent pertinemment sur tout.

*École à la recherche d’enseignants. Mouais, mon œil. J’aurais dû faire semblant d’être prof de maths, ça craint*

Oh et puis, si personne ne venait à son cours, il empochait quand même sa redevance. Sauf, qu’il ne voulait pas passer le reste de ses journées à s’empiffrer de Sandwich et de griller des puffs pour rien. Ça coûtait de l’argent ces trucs là et ne serait pas son maigre salaire qui va l’aider. Il se pencha par-dessus son bureau dessina quelques gammes dans la poussière. Au moins, ça lui faisait passer son temps. Il chantonnait des fois, c’était vraiment aussi morbide qu’un sanctuaire. Parce que la pièce résonnait comme une cathédrale. Parce qu’il avait faim, parce que personne ne lui avait expliqué que dans la vie réelle que ça allait se passer ainsi. Parce que… Comment t’es rentré ? Ça fait des lustres que c’te salle n’a pas été ouverte.

Hein ?! Wow, il y avait des fantômes ?! Ça ce n’était pas stipulé dans le contrat.

*A-allo ?... Ne me faites pas de mal, j’suis musicien… Vous savez... le jazz, c'est cool*

Ah non, c'était une fille... Dommage. Ça aurait été sympathique de converser avec une entité. Surtout, quand ça se déchaine et casse tout, ça c'est vraiment ''magique''. Ça fait tout plein de bruits étranges et il était temps de s’intéresser à la jeunotte. Bah, ok qu'est-ce qu'elle lui voulait avec sa cigarette ? Son chemin… ça il ne pourrait guère l’aider. Après tout c’est ses responsabilités pas les siennes. Hey, minute avait-on le droit de fumer dans un local… Il se rappela le décret que le directeur lui avait dit ;

- Pas le droit de fumer,
pas le droit d'avoir du matériel volé,
ça je ne devrais même pas le dire,
pas le droit d'arriver en retard,
pas le droit d'avoir tout autre élève que ceux de l'établissement...


Et le reste s'était perdu, surement que ça allait lui remonter à la tête d'ici peu. La noirette avança vers l’une des fenêtres et jeta ce qui restait de sa clope en bas. Il ne put que s’indigner de sa façon. Et la personne en bas qui la recevrait ne serait pas de bonne humeur. Enfin si un passant la recevait sur le coco bien sûr.

Sans oser se présenter, sans s’excuser de son geste. La jeune lui demanda avec une certaine. Enfin, pointe d’arrogance : qui il était ? Mais elle s’était regardée dans un miroir avant de lui poser cette banalité. Elle qui rentrait sans dire mot... Enfin disons lui a demandé ce que lui faisait au beau milieu de cette ruine antique à prendre la poussière. Ça ne comptait pas cette excuse. C’était plutôt à lui de lui demander et non l'inverse... Pas vrai. Non, aucun doute possible là-dessus.

-Écoute, bien ce que je vais te dire. Parce que je ne le dirais pas deux fois. Si ce n’était que pour jeter ton mégot par la fenêtre, bravo t'as raté ton entrée sur la scène ma belle. J'suis ton prof de musique, je m’appelle Jamie et ça non plus je ne le répéterais pas une autre fois... Maintenant, avec qui ai-je l'honneur d'avoir une conversation ?

* Aussi civilisée soit-elle possible. *

Aussi arrogantes que furent ses paroles, il parla d'un ton à mi-chemin entre le baveux et le sympathique. Histoire de la secouer un tantinet. Mais avec lui on savait jamais sur quoi on tombait. Autant chanter Alouette dans un champ de lamas en attendant une réaction. Une possible émotion crédibilité ou de rage... Ça dépendra surement de l'humeur de l'étudiante.

HJ : [je risque de modifier légèrement entre les paragraphes, sans changer les discussions]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abby Hatori

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 24/01/2011
Age : 24
Localisation : Sûrement pas dans une salle de classe ou alors c'est inquiétant...

MessageSujet: Re: Cours 1 : Initiation au programme.[libre]   Mer 2 Fév - 20:40

Abby était entrée dans la pièce sans la moindre gêne, pourquoi se serait elle gênée après tout ? Elle agissait comme à son habitude, avec cette pointe d’arrogance qui a pour talent d’hérisser le poil des gens à contre sens, mais bon ce n’est pas comme si c’était fait exprès, chez elle c’est comme naturel que peut-on y faire je vous le demande. Son regard directement dirigé vers l’inconnu il semblait mécontent de la voir ou bien encore déçu ? A quoi s’attendait-il dans ce pensionnat à part des élèves. La demoiselle avait jeté son mégot par la fenêtre en passant devant l’étranger.

La jeune fille s’appuya contre le rebord de sa fenêtre pour lui parler, il avait tout du professeur tout juste diplômé… Bien habillé, jeune, soigné, ou presque, beau ? Mouais passe encore. Tout ce qu’il lui manquait c’était de bons élèves assis sur les chaises de cette salle, et peut-être une nouvelle classe aussi parce que celle-ci faisait vraiment minable vu l’état qui n’était que poussière et en plus ça sentait le renfermé. Depuis quand le ménage n’avait pas été fait ici ? Abby le zyeutait de haut en bas quand soudain il se mit à parler, franchement son ton mielleux à la je-me-fou-de-ta-gueule ou je-te-prends-pour-une-mongolienne, ça avait le don de gonfler notre amie.

- Écoute, bien ce que je vais te dire….

Déjà lui demander de bien l’écouter avec ce genre de ton, c’était même pas la peine il allait être déçu le charmant jeune homme. On dirait vraiment qu’il se fiche d’elle, cet air mielleux, il cherchait les embrouilles ? Il continua de parler dans le vide annonçant qu’elle avait raté son entrée en scène, mais de quoi il parlait cet abruti ? La demoiselle se contenta de le regarder avec dédain, le prenant légèrement de haut avec un petit air supérieur, il voulait jouer ils allaient jouer. Il annonça ensuite être son prof de musique. Non sans blague ?! Mais tout le monde le sait voyons quand on va a un cours de musique on s’attend bien évidemment à trouver un prof de Science-Nat’, ceci va de cela et coule donc de source. Non mais y a pas écrit pigeon non plus ! Ouah elle a même son nom en bonus. Depuis quand les élèves ont le droit d’appeler les profs par leur prénom ? Serait-elle privilégiée ? Han et sans passer sous le bureau en plus mais que d’honneur me direz-vous !

- … Maintenant, avec qui ai-je l'honneur d'avoir une conversation ?

La demoiselle hésita à lui répondre sur le même ton crétin qu’il avait employé mais finalement elle se refusait totalement à s’abaisser à son petit niveau et à parler de cette manière mielleuse, genre « Papa ? Tu m’achètes la nouvelle poupée Barbie. » Eurk ! D’une elle ne voulait pas d’une pouffiasse en plastique et deux il n’a pas l’âge d’être son père donc on oublie le ton de mioche. Abby s’approcha pour lui répondre s’appuyant les coudes sur le bureau en se mettant bien face à lui répondant de manière assez lasse, un peu blasé avec ce petit air mesquin qui énerve bien.

- Ah ? Elle est cool ta vie. Je m’appel’ Abby et je suis censée avoir cours avec toi, ‘fin le reste de la classe aussi mais vu qu’normalement y a pas de prof beh les autres sont pas v’nu et viendront pas.

Ça c’était fait, c’est vrai quoi, qu’il ne s’attende pas à voir arriver qui que se soit vu que personne n’était au courant qu’il y avait un cours maintenant, elle pariait même que les trois quarts voire les neuf dixièmes des enseignants ne savaient même pas que ce gars là existe et donc ne savent pas que ce cher pensionnat accueille un professeur de musique. Elle réfléchit un instant avant d’enchainer sur sa lancée.

- Quant à tout ce que t’as dis, t’inquiète t’auras à le répéter qu’une fois vu que c’est la seule fois où je viendrais. Elle marqua une légère pose. Et tu pourrais être sympathique je t’évite de pourrir tout seul dans cette salle cramoisie.

C’est vrai en plus, il n’avait rien à dire. Au moins il n’était pas seul à dépérir dans la poussière vu qu’elle était venue. Et puis se serait sûrement la dernière fois qu’il la verrait dans son cours à moins que quelque chose n’y intéresse la demoiselle, même une heure de colle elle n’y viendrait sûrement pas, donc autant se montrer aimable, ou presque... ou pas ? Parce que bon vu le ton employé ça ne donne pas forcément envie de se montrer très amical, c’est totalement accordé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fan-fiction-x.skyrock.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cours 1 : Initiation au programme.[libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cours 1 : Initiation au programme.[libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cours de dissection [Pv : Libre mais nombre de places limité]
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !
» 1ier cours de SCM (Tous les niveaux)
» Cours particulier ? [Libre]
» Premier cours de Métamorphose : Initiation à la Métamorphose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Tsuki No :: Rez-de-chaussé :: Salles de classes-
Sauter vers: