Pensionnat Tsuki No

Bienvenue dans le pensionnat Tsuki No. La vie offre de multiples chemins. Les portes s'ouvrent chers élèves, mais quelle voie choisirez vous ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Sujets similaires
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Partenaires
créer un forum

Partagez | 
 

 Kaori Totâ [ VALIDE ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Kaori Totâ

avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 02/02/2011

MessageSujet: Kaori Totâ [ VALIDE ]   Jeu 3 Fév - 1:36

¤~ I D E N T I T Y . C A R D ~¤

Nom de Famille : Totâ
Prénom : Kaori
Date de naissance & lieu : 29 Février
Âge & classe : 18 ans / Terminale
Groupe désiré : Humans
Orientation sexuelle : Bisexuelle



¤~ M E N T A L . A N D . P H Y S I C A L ~¤

Caractéristiques Physiques :
Physiquement, je n'irais pas jusqu'à venter ma beauté. Je ne me considère ni belle, ni laide. Je dirais simplement de moi que je suis mignonne, un peu moins moche que certaine mais un peu plus belle que d'autre. Tu saisis ?

Je mesure un mètre soixante-cinq pour cinquante-quatre kilos. Oui, je sais, Je suis un peu en dessous de la norme, Je devrais faire trois kilos de plus pour atteindre mon poids dit idéal. Mais entre nous, ça ne se vois pas des masses, si ? Trois kilos, c'est rien du tout. Mes muscles ne sont pas surdéveloppés. Dieu merci. Mais suffisamment travaillés pour te foutre une belle droite dont tu te souviendras si tu m'emmerde. J'estime avoir ce qu'il faut où il faut. Mes hanches elles, en revanche sont plutôt larges et ma taille fine, au même compte que mes jambes, que certains qualifies comme élancées. Mais pas d'inquiétude. Je ne me casse pas si facilement !

Bon, après avoir parlé du plus gros. Autrement dis, de mon corps. Je vais tenter de vous décrire au mieux mon visage. Mon père m'a souvent dis que plus le temps passait, plus je ressemblais à ma mère. Je le prends comme un compliment, même si à mon avis il en rajoute un peu. Ma mère était vraiment une très belle femme. Contrairement à moi. Enfin... Peut être que si je prenais d'avantage soin de moi je serais aussi charmante qu'elle ? Mais passons. C'est mon physique que je dois décrire !

Les traits de mon visage son plutôt fin. Mes sourcils fins, (oui car je m'entretiens au minimum tout de même. Dans le fond je reste une femme), participent au dessin de mon regard vert très expressif. Mon nez est plutôt petit, légèrement retroussé. Et ma bouche est fine. Mes deux yeux sont rarement visibles en même temps. Car ma frange noire comme la nuit, au même titre que le reste de mes cheveux, très longue que je range de son côté chaque matin un peu a l'arrache vas est viens comme bon lui semble. Mes cheveux d'ailleurs sont plutôt longs. Il m'arrive un peu au dessous des omoplates et sont légèrement ondulés.

Pour mes vêtements ? Là c'est autre chose, je n'ai pas vraiment de style particulier, je met ce qu'il me passe sous la main que se soit mes affaires ou non. Il n'est pas peu courant que je porte les vêtements de mon frère jumeaux, même jusqu'à ses caleçons mais bon ça personne n'irait le vérifier. J'ai quelques bijoux que je garde précieusement car ils ont une valeur sentimentale, sinon je suis tatouée au bas du ventre côté droit, tatouage qui remonte au nombril avec un piercing à celui-ci.

Caractéristiques Psychologiques :
Décrire son propre caractère est quelques chose de très difficile car on se perçois mal soi-même. Mais je vais faire de mon mieux afin d'assouvir cette curiosité qui est la tienne. N'est-ce pas ?

Je commencerais donc par dire que je suis quelqu'un de relativement calme et posée au quotidien, je suis plutôt douce avec mon entourage et je réfléchis beaucoup avant d'agir, parfois même trop. Enfin, généralement. Car comme tout le monde il m'arrive de péter mon câble lorsqu'on me titille un peu trop. Il en faut beaucoup certes, mais quand on me cherche. On me trouve !

J'estime mon esprit relativement ouvert, les pensées viennent, s'incrustent, mais peuvent partir à tout moment si quelqu'un me donne de bons arguments pour me permettre de penser le contraire. Je suis quelqu'un de très sociable, même si ce n'est que très rarement moi qui prend l'initiative d'aller vers les autres. J'aime connaître les gens et être bien entouré.

Je suis loin d'être stupide, je ne dis pas ça pour me venter. Et ce n'est même pas moi qui l'ais dis la première ! Je ne suis pas surdouée, mais mon quotient intellectuel est quelques peu supérieur à la moyenne. J'apprécie les beaux livres, l'Art avec un grand A et les dessert. En particulière les bonnes pâtisserie françaises.

Après peut-être voudrais-tu savoir comment je me comporte dans mon relationnel affectif ? Et bien tout simplement comme avec tout le monde ! Même si je met un point d'honneur au bien être de mon partenaire. Généralement j'aime lui faire plaisir sur des coups de têtes. Je ne prévois jamais rien à l'avance. Toujours tout à la dernière minute. Ce n'est pas forcément bien, je sais. Mais ca crée un peu ce suspens et cette aventure que j'aime vivre. Ne pas savoir de quoi demain sera fait. N'est ce pas excitant ? ~♥ En fait pour résumer je suis très lunatique, quelqu'un qui passe de blanc à noir en un instant par des sautes d’humeur plus qu’embêtant. Mais sinon je suis vraiment une personne adorable, enfin faut il encore m’approcher quand je suis bien lunée, ou encore quand je suis avec son frère qui en général recadre plutôt bien les choses quand je pars en vrille.




¤~ Y O U R . S T O R Y ~¤

- J’ai mal à la tête bordel !!!

Il fait nuit, j’ai froid, mon frère a pas l’air bien, je crois que qu’il a trop bu... Non en fait j’en suis sûre, il a carrément trop bu… C’était bien le soir tient, il choisit toujours bien ces moments, franchement ça m’exaspère et j’ai envie de lui coller des tartes mais là ça serait totalement inutile. Dire qu’à la base nous étions sortis faire un tour pour oublier le jour que nous sommes… Pour tout vous dire ça fait 8 ans jour pour jour que ce drame est arrivé… On essaie plutôt d’oublier mais on y arrive pas, on a tellement perdu et finalement nous nous somme retrouvés que tout les deux… Rien que de parler de ça me donne envie de pleurer mais avec Hideki dans cet état il ne pourra même pas me consoler

Je me présente, je suis Kaori Totâ. Si vous voulez je peux vous raconter cette histoire ? Notre histoire ? Et bien allons y. Je suis née un 29 Février quelques secondes avant mon petit frère, enfin petit tout est relatif, mais peu importe. Dans ma famille nous étions 5 : Mes parents et mes deux frères, il y avait Minato qui était plus grand que nous et Hideki qui était donc mon frère jumeau. Bien, et si nous entrions un peu dans les détails ? Mon père n’était pas un type très recommandable, il jouait avec le feu et pactisait avec des trafiquants en tout genre ou encore la mafia, enfin ce genre de choses, vous voyez de quoi je parle... J’aimais très sincèrement mes deux parents bien que parfois je pestais légèrement contre mon père car maman recevait très souvent des menaces de mort mais jusqu’à présent toujours rien. Mon père disait qu’il ne fallait pas s’inquiéter, que c’était des mots en l’air sans aucune importance et nous l’avons cru…

Je devais avoir aux alentours de 10 ans lorsque le drame s’est produit. Nous venions de rentrer de l’école, maman était dans la cuisine et Minato lui donnait un coup de main, c’était son tour. Hideki et moi nous jouions dans le salon quand tout d’un coup il y eut un grand bruit sourd, j’entendis ma mère pousser un cri d’étonnement et des hommes parler d’une manière que je n’aimais pas. Je voulais aller voir ce qu’il se passait mais Minato m’attrapa par le bras et me tira avec lui et mon autre frère jusque dans l’armoire du couloir. Avec violence la porte menant à la cuisine s’ouvrit faisant un bruit de fracas. J’avais envie de crier et d’appeler ma mère mais Minato posa sa main sur ma bouche m’empêchant de le faire. Par la rainure de l’armoire on apercevait maman. Un des hommes parlait, il n’arrêtait pas de dire à ma mère qu’elle allait devoir payer. Qu’à cause de son mari son patron avait eut des problèmes ou je ne sais plus quoi, que c’était un traitre. Il disait pleins d’autres choses horrible mais j’avais tellement peur que ma tête faisait un rejet de tout ce qu’il disait, ses paroles se transformaient en bruit de fond sans aucune signification distincte.

Des secondes s’écoulèrent comme ça, ou peut-être des minutes, je n’en ai pas la moindre idée en fait. Tout ce dont je me souviens c’est que cet homme a demandé à ma mère si elle n’avait pas d’enfants et elle a répondu que non, à ce moment là j’ai senti mon cœur se serrer et Minato resserra également son étreinte sur nous. Nous avons tout trois eu du mal à encaisser cette phrase mais nous avons compris plus tard que ça lui avait fait d’autant plus mal à elle et qu’elle avait avant tout dit ça pour nous protéger de ce monstre qui en voulait à notre vie. Après avoir eut confirmation qu’il n’y avait que maman dans la maison l’homme qui était apparemment le leader se mit à ricaner, il attrapa une barre en fer que tenait l’un de ses complices et sans aucuns sentiments il frappa les cotes de ma mère. Avant que je ne puisse en voir davantage Hideki m’attrapa contre lui posant mon visage contre son torse, m’empêchant toujours de crier. J’entendais ma mère hurler, elle hurlait de tristesse de peur et de douleur, je me mis à pleurer, je ne pouvais plus m’arrêter, j’avais peur et être contre mon frère ne me rassurait pas, j’avais envie de m’enfuir et d’aller chercher ma maman mais je ne pouvais pas….

Peu de temps après ils quittaient tous la maison en ricanant. Après avoir attendu un certains moment Minato me posait sur le côté et sortait de l’armoire pour se rendre à la cuisine, il nous avait dit de ne pas bouger et de l’attendre mais la curiosité quand on est enfant est un véritable fléau, c’est impressionnant la force dont on a envie de faire les choses quand on nous les interdit. On a attendu de l’entendre entrer dans la cuisine puis à peine la porte avait grincé qu’il se mettait à crier « Maman !!! » Je l’entendais courir, de suite je sortais du placard, suivit de près par Hideki qui manqua de me retenir, me précipitant vers la cuisine ouvrant la porte et là devant mes yeux, une marre de sang, ma mère gisant au sol dans son sang, on l’avait tuée d’un coup de barre en fer dans la tête. Mon cœur se serra et je ne sais pourquoi, certainement le choc mais je me mis à vomir. Une fois calmée je me retournais remarquant que Minato avait recouvert sa tête avec des torchons de cuisine. Pardonnez-moi mais je ne peux décrire davantage… Tout ce que nous avons compris à ce moment là avec mes frères c’est que maintenant tout ne sera plus jamais pareil.

Quelques temps plus tard notre père rentrait de son travail nous trouvant dans la cuisine Hideki et moi blottit dans les bras de Minato, assis dans un coin à pleurer. Nous avions tout laissé tel quel pour que papa puisse voir ce que nous avions vu, et puis nous n’étions pas en état de toucher quoique se soit. Une fois dans la pièce il se précipita vers nous, nous prenant dans ses bras retenant ses larmes. Il commença à s’excuser, on voyait bien qu’il se sentait coupable, il nous raconta ces choses inutiles comme quoi maintenant tout allait aller pour le mieux, ou du moins mieux qu’avant, et Bla et Bla et Bla… Nous on s’en foutait de ça, on voulait juste récupérer Maman. On s’en moquait de tout ça, mais il ne le comprenait pas.

[…]

La mort de maman fit un grand vide. Mais lors du meurtre de maman quelque chose a été cassé, brisé de mille morceaux… Et ça même Papa l’avait compris, plus rien ne serait plus comme avant entre nous tous… Non plus jamais… C’était dur à admettre mais notre vie allait changer du tout au tout nous ne pourrions plus jamais redevenir ceux que nous étions. Peu de temps après le meurtre de maman, Minato se mit à haïr papa, moi c’est vrai que je lui reprochais un peu ce qu’il était arrivé mais pas au point de mon frère, lui il le détestait à un point non descriptible, je ne saurais comment l’expliquer. Pour lui la mort de maman était entièrement de sa faute, il lui reprochait de ne pas avoir été là et de ne pas nous avoir protégé tout les quatre…

Les années passaient et tout allaient de pire en pire bien que l’on aurait cru que les choses s’amélioraient. Et je crois que même papa voulait croire à cette amélioration mais moi je le voyais, tout allait en se dégradant… J’aurais du prévoir ce qui allait arriver ce soir là, j’aurais du. Mais qui aurait cru que tout se passerait ainsi ? Il y avait beaucoup d’autres possibilité alors pourquoi celle là ?! A ce moment là ça faisait 7 ans que maman était décédée, j’avais 17 ans, Hideki aussi et Minato 23 ans. Sa haine grandissante envers notre père mais il ne lui avait jamais rien fait seulement son attitude vous vous doutez certainement donc je ne vais pas vous décrire. Bref en ce jour ça faisait très exactement 7 ans jours pour jours qu’un membre de notre famille avait été assassiné froidement. Depuis y avait il eut des changements ? Pas tellement, juste un déménagement sinon le reste ne sont que choses inintéressantes. Nous étions au repas du soir, je me levais chercher un plat dans la cuisine mais quand je revins l’horreur se produisait de nouveau sauf que maintenant c’était mon frère qui était en possession d’une arme. Il tenait un révolver à sa main gauche, l’embout visant la tête de mon père, je ne savais pas comment il l’avait obtenu mais le fait est qu’il l’avait. Hideki se mit à lui hurler de ne pas jouer au con, de poser ça tout de suite, mais il ne l’écoutait pas. Il hurlait contre mon père, la seule chose que j’ai retenue est qu’il disait qu’il n’en pouvait plus, s’en était plus qu’il ne pouvait supporter. Je ne saurais exactement vous décrire comment les choses se sont déroulées mais la balle est partie. Mon frère, notre grand frère, la dernière personne en on avait confiance, lui, il venait de tuer ce qui était mon, non, notre père sous nos yeux. Il avait appuyé sur la gâchette avec une telle assurance dans les yeux, une haine indescriptible, à ce moment là il me faisait peur. Je lâchais le plat se trouvant dans mes doigts, et Hideki se remit à hurler.

- Minato !!! Mais qu’est ce que tu as fais ?! Pour quoi ?! Pourquoi l’avoir tué ?! Il avait pourtant essayé de se racheter ! Il souffrait déjà suffisamment ! Minato ! Répond moi Minato !!!

Certainement que mon hurlement et les cris de mon frère l’avait sortit de son état second car il finit par regarder l’arme dans sa main puis le corps inerte de notre père devant lui. Il se mit à regarder partout puis finalement son regard croisa le mien, les larmes m’étaient montées aux yeux. Quand ses yeux se plongèrent dans les notre il eut un sourire, un sourire de soulagement et sincère à la fois. Sans que je ne comprenne il tourna l’embout de l’arme vers sa tempe, j’allais lui crier mais il me coupa parlant de sa voix normale, son air toujours aussi soulagé, il paraissait apaisé en ayant vu nos yeux.

- Je suis heureux car vous, vous n’avez pas changé, vous êtes resté les même et je vous envie. Surtout ne devenez pas comme moi. Vivez votre vie en étant heureux, ne faite pas comme je l’ai fait. Hideki prend soin de ta sœur, et toi veille sur lui. Hideki je te la confie… Je compte sur toi petit frère.

Le coup de feu ! Non je n’avais même pas eut le temps de lui parler, de lui dire ce que je pensais de tout ça, de le dissuader de se suicider. JE N’AVAIS MÊME PAS PU LUI DIRE AUREVOIR !!! Pourquoi ? Pourquoi tous ceux de ma famille meurent ainsi ?! Je n’ai jamais voulu me retrouver dans ces moments là. Je n’avais pu dire au revoir ni à maman, ni à Minato, ni à papa. Je n’ai jamais pu leur dire ce que je pensais, si je l’avais fait peut être que les choses se seraient déroulées différemment ? Je m’approchais du cadavre de mon frère et m’apprêtait à faire comme lui le jour de la mort de maman mais à ce moment là je m’arrêtais. Il était le seul membre de ma famille que j’avais vu mourir avec l’air heureux. Son visage était apaisé, il ne regrettait pas sa mort… Hideki arriva derrière moi me prenant dans ses bras et je me mis à pleurer, je ne pouvais pas m’en empêcher, là c’était devenue trop difficile pour moi.

[…]

Peu de temps plus tard nous nous faisions envoyer par une tante ne daignant pas nous garder dans un pensionnat. Franchement je m’en moquais, tout ce qui comptais pout moi c’était de rester avec mon frère car après tout c’est tout ce qu’il me reste…



¤~ B E H I N D . T H E . C O M P U T E R ~¤

Pseudo : /
Âge : 16 ans
Expérience en RP : 4 ans de RP derrière elle
Comment as-tu connu le forum : Déjà inscrite

Code : ~Validé by Cassie ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassie Shaw
Admin
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 26
Localisation : Pensionnat Tsuki No

Feuille de personnage
Nom: Shaw
Prénom: Cassie
Age: 17 ans

MessageSujet: Re: Kaori Totâ [ VALIDE ]   Sam 5 Fév - 0:32

Jolie présentation, tu es officiellement

~ Validé ~

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pensionnat-tsuki-no.forumactif.org
 
Kaori Totâ [ VALIDE ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Nouvelle Kaori.
» Boréas-Totémique / Tornadus-therian
» Démétéros-Totémique / Landorus-therian
» Biro daj sena repiblik valide senatè koupyon, anko yon piwèt Prevalo-espwa
» Bye Bye Bangkok Z | Entier Holsteiner [VALIDE - ENTIER]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Tsuki No :: Coin présentation :: Présentations des Wisps-
Sauter vers: